Les conséquences de la canicule sur la conservation des médicaments

Image post

La chaîne du froid est une problématique pour beaucoup d’industriels et de transporteurs, notamment dans le milieu médical et agroalimentaire, lorsqu’ils n’ont pas de solution adaptée pour garantir un suivi à distance et en temps réel de leurs produits.

En cette période particulièrement marquée par des vagues de chaleur de plus en plus intenses, les produits les plus touchés sont les traitements médicaux lourds (comme les traitements en oncologie), les seringues d’insulines pour les personnes atteintes de diabète ou encore les vaccins qui doivent respecter une plage de température entre 2 ° et 8 °C.

Lorsqu’un produit, des cellules ou des tissus ont subi une excursion prolongée ou trop brutale, c’est toute sa structure qui peut être modifiée, altérée et devenir un danger pour le patient bénéficiaire.

Attention à la chaîne du froid

Le premier type de traitement est particulièrement sensible aux changements de températures, et "plus il fait chaud, plus la moindre défaillance peut-être fatale dans la chaîne du froid", explique Yohann Caboni, directeur général et cofondateur de Koovea, entreprise de suivi de températures en temps réel de produits, notamment de garantie de la chaîne du froid. 

Le potentiel immunogène des vaccins ou les anti-venins, qui doivent être conservés entre 2° et 8°C, peut par exemple être altéré en cas d'exposition trop longue à la chaleur. En cas de transport, il faut donc les conserver dans un sac isotherme réfrigéré. 

Ces produits étant habituellement "conservés dans des réfrigérateurs ou des chambres froides, les températures élevées devraient être sans conséquence sur leur stabilité", écrit l'ANSM, précisant toutefois: "s’ils sont utilisés assez rapidement une fois sortis du réfrigérateur".

Chez Koovea, qui s'occupe du suivi de la chaîne du froid pour le transport des médicaments du laboratoire à la pharmacie, il faut être particulièrement vigilant.

"C'est pendant cette période de canicule extrême que l'on se rend compte de la défaillance de certaines chaînes", explique Yohann Caboni à BFMTV.com

Retrouvez plus de conseils via notre dernier article sur BFMTV.COM

PARTNERS

INTERESTED IN OUR SOLUTION ?

Do not hesitate to contact us by mail by filling the form below or by phone at 04 67 13 00 52.

The information you have entered in this form is transmitted by email via a secure link (encryption by TLS protocol) to our customer service. Your personal data (name, address, email, ...) are not the subject of another computerized treatment.