RESPECTER LA CHAÎNE DU FROID, OUI MAIS COMMENT ?

Image post

Les secteurs et acteurs concernés

Le secteur de l’agro-alimentaire, avec celui de la santé, sont les principaux secteurs concernés par la chaîne du froid. Le plus souvent, ils font appel à des sociétés de transport spécialisées. Elles gèrent les chaînes d’approvisionnements de milliers de tonnes de produits chaque année. Il est donc essentiel de garantir le respect de la chaîne du froid durant toute la logistique.

Le secteur de l’agroalimentaire a besoin de garantir un suivi de grandes quantités de produits, transportés par palettes. Un suivi connecté des chargements va leur permettre de justifier le respect de la chaîne du froid auprès des autorités sanitaires. Les laboratoires pharmaceutiques, eux, vont privilégier une surveillance au plus près du produit, sur des circuits plus courts.

Il leur faudra mesurer la température des biotechnologies pour ne pas altérer le résultat de leurs recherches. Les laboratoires d’analyses (biomédicales, alimentaires…) sont confrontés au même enjeu de transparence et de traçabilité. La Supply Chain est un domaine d’activité qui regroupe de nombreux services pour les entreprises de retail. Aujourd’hui, de nouveaux acteurs entrent sur le marché de l’innovation.


Depuis l’arrivée de la digitalisation, la logistique a vu ses processus changer. Le plus souvent, pour l’amélioration des services proposés et la simplification pour les professionnels. Le secteur de la cosmétique est concerné pour les actifs qu’il utilise dans ses produits.

De façon plus générale, tous les produits de consommation sont concernés, depuis leur réalisation, en passant par la transformation, jusqu’à leur consommation. Qu’ils soient stockés et transportés, leur maintien est essentiel. L’objectif commun est de garantir la viabilité et une certaine qualité malgré les contraintes auxquelles ils font face.

Les métiers liés à ses enjeux font face à une problématique croissante de la traçabilité. Les responsables qualité et logistiques des enseignes et des transporteurs doivent innover et proposer des solutions d’amélioration durable pour l’entreprise et cela peut vite devenir un casse-tête.
 

Une problématique commune et des enjeux forts

Le premier enjeu est sanitaire, avec le respect des conditions de conservation durant le transport et le stockage des aliments transformés ou non. Il en est de même pour les laboratoires d’analyses biologiques (des eaux et de l’agroalimentaire). Ils doivent justifier d’un suivi de la chaîne du froid, afin de ne pas altérer les échantillons et garantir les résultats de leurs recherches aux clients.

Au-delà de la crédibilité des établissements et des entreprises concernées, chacun doit répondre aux normes et aux réglementations en constante évolution.

Tous ces secteurs font face à des chaînes de distribution de plus en plus complexes, ce qui est accentué par les échanges internationaux rapides. La logistique est, depuis plusieurs années, dans une démarche de transformation numérique. Les innovations dans le domaine tendent à améliorer les processus pour les différents acteurs de la Supply Chain.

La traçabilité signifie que l’on est capable de suivre à chaque étape clé, en temps réel, le cheminement d’un produit grâce à une solution préventive, permettant d’agir en cas de défaillance. Si la traçabilité est automatisée, elle permettra d’éviter les erreurs humaines et la déperdition de données essentielles.

D’un point de vue technique, il s’agit de suivre la quantité et la qualité du produit en temps réel, du conditionnement au transport jusqu’au stockage. L’association systématique des flux des données permettra de connaître l’avancement et l’état à un instant donné.

La logistique est un enjeu fort en amont ou en aval pour les industriels, les transporteurs et les autorités. L’entreprise doit être capable de retracer l’origine exacte, la localisation en temps réel et les caractéristiques du produit en conservant un historique des données fiable.

On parle alors de « Tracking » et de « Tracing ». Ces processus nécessitent la mise en place de technologies fiables et sécurisées telles que le Bluetooth qui, combiné au réseau cellulaire va pouvoir apporter la connectivité temps réel recherché par les industriels.

Ensuite, l’utilisation d’une application web ou un logiciel permettra d’exploiter les données recueillies et générer des rapports pour optimiser les processus.

Les normes et réglementations

Pour toute activité, les normes et réglementations permettent d’encadrer, de surveiller et de sanctionner, si besoin.
La logistique des biens et services se répartit en logistique d’approvisionnement, des systèmes de fabrications, et de distribution. La logistique d’approvisionnement consiste à gérer l’acquisition des matières et services dont l’industrie a besoin.
La chaîne de fabrication consiste à gérer les marchandises en cours de production et la manutention. La logistique de distribution, elle, c’est la chaîne d’approvisionnement des distributeurs, grossistes, etc. Il s’agit des produits finis, prêts à la vente (au détail ou non).
Le conditionnement et l’emballage font partie intégrante de cette logistique. Ils doivent respecter une réglementation stricte en fonction de la nature et le mode de consommation.
La préparation des commandes et le type de transporteur vont parfois conditionner le suremballage du produit. Pour autant, un emballage adapté n’est pas suffisant pour garantir le respect de la température de ce qu’il contient. En effet, le suivi de température durant la totalité de la chaîne logistique doit démontrer qu’aucune rupture de la chaîne du froid n’est à déplorer.
Dans le cas contraire, ce sont des produits qui seront jetés ou, placés en quarantaine en attendant de savoir s’ils peuvent réintégrer le circuit. Aujourd’hui les normes régissent le conditionnement et le mode transport. Mais, elles tendent à se durcir quant au suivi de température.
L’AESA* préconise un suivi homogène de la température, même dans les réfrigérateurs. Demain, ce sont tous les produits qu’il faudra suivre tout en évitant le gaspillage grâce à une technologie préventive. Le conditionnement est très réglementé et le suivi en cours d’acheminement et pendant le stockage tend à se durcir aussi.
Notamment, pour lutter contre la fraude alimentaire qui touche l’authenticité de certains produits.
* Autorité européenne de sécurité des aliments

La logistique de demain

On constate que la chaîne du froid est une corde sensible de la Supply Chain. Elle représente des enjeux et des risques forts, mais pas insurmontables. Bien des solutions sont mises en place afin de maîtriser la chaîne du froid.  Pour les industriels, les distributeurs, les transporteurs, les entrepôts et les établissements de soins.

Les innovations pour améliorer les livraisons au dernier kilomètre (par exemple) sont nombreuses. De nos jours, toute entreprise de biens se doit de fournir un service associé irréprochable. Notamment pour anticiper, maîtriser et corriger les erreurs dues aux contraintes qui évoluent aussi.


La question de la livraison au dernier kilomètre est propice à de nouveaux projets soutenus par la grande distribution qui tente de gagner le marché et le cœur des particuliers. Il n’est pas rare de croiser ces petits camions citadins qui s’arrêtent au bas des immeubles intra-muros. Le constat est sans appel, le réseau urbain est saturé et la livraison à domicile n’aide pas.

Les idées fusent pour maîtriser le trafic urbain et la sécurité des usagers. Par exemple, avec les tests de plus en plus fréquents de livraisons par drones. L’année 2019 restera marquée par la première livraison d’un organe pour une greffe, aux États-Unis.

On rappelle que 4 % des organes prélevés pour greffe subissent des excursions et des retards qui sont des facteurs à risque très élevé pour leur maintien. C’est la raison pour laquelle différentes expérimentations ont été autorisées et continuent de voir le jour dans quelques villes d’Australie et des États-Unis.


La France aussi innove pour faire évoluer le secteur de la logistique et, particulièrement pour garantir le respect des conditions de transport. Koovea en fait partie, la start-up Montpellier a développé une solution entièrement connectée pour surveiller la chaîne du froid de bout en bout et garantir la viabilité des produits sensibles tels que : les denrées alimentaires, les produits médicamenteux, les échantillons d’analyses et de recherches.

Article diffusé sur le blog de SprintProject, expert en data et chasseur en Open Innovation sur les sujets Smart Supply.

PARTENAIRES

INTÉRESSÉ PAR NOTRE SOLUTION ?

N’hésitez pas à nous contacter par mail en remplissant le formulaire ci-dessous ou par téléphone au 04 67 13 00 52.

Les informations que vous avez saisies dans ce formulaire sont transmises par email via une liaison sécurisée (Chiffrement par le protocole TLS) à notre service client. Vos données personnelles (nom, adresse, email,...) ne font pas l'objet d'un autre traitement informatisé.